Actualités

14/11/2017 – RE-VIVEZ LA première univerité internationale du sport 

Merci aux intervenants, bénévoles, partenaires, start-ups et futurs managers du sport pour cette première édition.

Rendez-vous l’année prochaine pour une édition 2 pleine de surprises!

26/10/2017 – QUESTIONS / RÉPONSES AVEC LAURENT IMBERT ET GILLES ASSOULINE, CO-CRÉATEURS DE LA FONDATION INTERNATIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORTT (FINDES)

Avant de tout nous dévoiler lors de l’UIS, pouvez-vous nous en dire plus ? La Fondation « FINDES » c’est quoi ?

« La Fondation Internationale pour le Développement du Sport a pour vocation de promouvoir le SPORT et de l’utiliser comme un vecteur d’épanouissement, de bonne santé et de prospérité pour tous.

La Fondation FINDES n’est pas un nouvel organisme géré et animé par les pays du Nord au service des nations fragiles. Elle s’inscrit dans nouvel esprit coopératif invitant les pays fragiles à partager leur expérience et à échanger des idées et des solutions. »

Quelle est votre vision du sport ?

« Le sport plait aux jeunes. Il est ludique et attrayant. Il crée de l’émotion. C’est un puissant facteur de cohésion sociale, d’identité nationale, de fraternité, et d’échanges. Il donne ses chances à tous et opère comme un puissant fertiliseur des esprits et des économies rurales, régionales et nationales.

C’est aussi un outil de formation, d’éducation et de « construction positive» plus puissant et le plus opérationnel par les valeurs même qu’il véhicule. »

Quels sont les objectifs de la Fondation « FINDES » ?

« Conseillée par des athlètes internationaux de renom, la Fondation FINDES s’attachera à:

  • Développer les pratiques sportives pour le plus grand nombre
  • Contribuer à la construction d’infrastructures sportives adaptées aux réalités des pays fragiles
  • Organiser des événements sportifs de masse pour détecter puis encadrer les jeunes talents
  • Favoriser la formation d’animateurs sportifs polyvalents, de cadres techniques, de managers »

23/10/2017 – ET SI L’Avenir du sport était le vôtre ?

A quelques jours de l’événement, nous avons le plaisir de vous dévoiler l’affiche et le programme de l’Université Internationale du Sport qui se tiendra samedi 28 octobre à Paris (Campus Groupe ESG, Saint-Ambroise). Cette première édition, animée par Gaëlle MILLON (journaliste, fondatrice G2M Conseil), réunira des ambassadeurs, dirigeants, experts et startupers qui nous livrerons leurs regards sur le sport d’aujourd’hui et de demain. INSCRIVEZ-VOUS vite, nous vous accueillerons à partir de 09h.

9H | Ouverture et Accueil

9H30 – 10H00 | Introduction avec : Alain KRUGER (Directeur MBA ESG) – Jean Claude SORGE (Responsable pédagogique des formations en management du sport du groupe ESG) – Jean Pierre SIUTAT (Président de la Fédération Française de Basket Ball – Vice-Président du CNOSF) et Virgile CAILLET (Délégué Général de l’Union Sport & Cycle)

10H – 10H30 | STADE CONNECTÉ avec : Roland LOUVET (Directeur Études Thétis – Experstad) et 3 jeunes diplômés du MBA Management du Sport ESG

10H30 – 11h | Pitch des START-UP

11H – 12H30 | LE SPORT CONNECTÉ organisé sous forme de salon avec :

Démonstration « Boxe et gants connectés PIQ » et présence de plusieurs start-up (OUIRUNTEQBALLSQUADRUNNERTRAINMEAPADEGEANT et YPPA)

12H30 – 14H | Déjeuner

14H – 15h15 | ATTRACTIVITÉ DU TERRITOIRE : le sport comme booster du développement économique et social des collectivités avec Nathalie BONNEFOY (Maire Adjoint déléguée aux sports de la ville de Bourges – Vice-Présidente de l’ANDES) – Thomas BOUDEVILLE (Responsable commercial, hospitalités et partenaires du Vélodrome National de Saint-Quentin en Yvelines), Anne-Lise Quiot (Directrice des Sports de l’agglomération de Saint-Quentin en Yvelines), et Bernard

DENIS (Directeur du département formations du CREPS des Antilles et de Guyane)

15H30 – 16H | Annonce concernant les formations ESG par Alain KRÜGER et Pierre BEAULIER (Directeur Pôle Management Studialis Galiléo)

16H – 17H15 | COOPÉRATION SPORTIVE INTERNATIONALE, en quoi Paris 2024 influencera la nouvelle coopération internationale » avec : Jean LEVY (1er Ambassadeur Français du Sport) – Fékrou KIDANE (ancien directeur de la coopération internationale du CIO, directeur de cabinet du président Samaranch) – Jean Claude SORGE – Gilles ASSOULINE (co-créateur de la fondation internationale du Sport) et Evans LESCOUFLAIR (Ministre des Sports de Haïti)

17H15 – 17H30 | Conclusion

17H30 – 19H | Cocktail de clôture

19/10/2017 – QUESTIONS / RÉPONSES AVEC Roland Louvet,

Directeur études thétis sport experstad

Pour vous, que représente le sport d’aujourd’hui ?

« Le sport représente une formidable opportunité d’emploi en France, entre 120 000 et 250 000 nouveaux emplois du Sport d’ici 2024 selon le gouvernement et les récentes études de l’Université de Limoges. De plus, même si ces chiffres me paraissent très optimistes car ils ne tiennent pas compte de la destruction d’emploi aidées et du secteur du sport public d’ici 2024, il n’en reste pas moins que j’ai le sentiment que plus de 30% des nouveaux emplois du sport business ne portent pas encore de nom, à l’exemple de mon métier de programmation sportive que j’ai créé en 1992… et qui s’appelle aujourd’hui « programmiste sportif » ! Avec les big data, les nouvelles technologies, tout est à revoir, tout est à recréer ! 

Le sport d’aujourd’hui représente un formidable défi contre l’obsolescence des usages du sport pour tous de 1958… à dépoussiérer ! »

Quelle est votre vision du sport de demain ?

« Le nouveau budget du ministère des sports de 2018 annoncent une baisse de 7% de ses dotations publiques et une augmentation de ses efforts pour le soutien de l’organisation de Paris 2024 et des athlètes qui y participeront… En même temps, l’objectif « sport pour tous » est maintenu avec une augmentation de la pratique sportive estimée à 3 millions de nouveaux pratiquants !

Cette vision obsolète du « sport to practice » est certes positive pour les acteurs et institutions déjà reconnu dans la gouvernance du sport à la « Pierre de Coubertin »… car 3 millions de nouveaux pratiquants de sports olympiques est une manne ou une clientèle non négligeable pour les équipementiers et fédérations sportives ! 

Cependant, le vrai défi est ailleurs, et j’ai peur que les premiers dérapages et concentrations budgétaires du sport de 2018 à 2024 sur Paris, ne confirme que ma crainte de constater que les élus politiques et du sport institutionnel ne ratent notre prochain rendez-vous avec le sport de demain !

Heureusement, ma vision du sport de demain est « libérale », et je crois à une transformation du marché du sport par l’intégration des initiatives privées lucratives et des nouvelles technologies permettant de pérenniser la pratique d’un sport respectueux d’une demande « commerciale » et « ludique » du sport !

Je crois au respect de la logique du marché de la pratique du sport, mais avec l’arrivée de nouveaux acteurs du sport technologique comme ACER, Alibaba et surtout Intel sponsor du CIO, je crois à l’inévitable évolution du sport et de sa gouvernance devant intégrer les nouveaux acteurs du marché de la diffusion des images et de la promotion des labels sportifs ! Cette nouvelle gouvernance plus adaptées aux nouvelles pratiques technologiques des français doit permettre un tremplin et un renouveau du sport moderne en France ! C’est aux jeunes en créant de nouveaux métiers d’éviter que Paris 2024 ne soit déjà obsolète… ce n’est plus aux mouvements sportifs et aux politiques de nous limiter le sport aux JO et à la pratique… comme le suggère déjà la vision d’une gouvernance du sport publiée par le ministère des sports lors de sa présentation du budget 2018 ! »

Quel conseil donneriez- vous aux jeunes managers pour appréhender le marché du sport ?

Pour appréhender le(s) marché(s) du sport, soyez critique afin de lutter contre l’obsolescence du marché de la pratique du sport pour tous qui finira par ne plus satisfaire aux besoins des français si ce sont des élus qui nous l’imposent sans respecter les nouvelles attentes naturelles du marché et de ses clients !

 Soyez curieux et investissez dans la veille technologique et concurrentielle au-delà des frontières traditionnelles.

Il n’est pas nécessaire d’inventer, mais d’améliorer les « best practices » de nos voisins et de secteurs autres que le sport qui peuvent nous permettent la création de nouveaux contenus sportifs et de nouvelles pratiques de diffusion d’un sport physique, mécanique, mais également intellectuel et virtuel !

12/10/2017 – QUESTIONS / RÉPONSES AVEC Gaëlle Millon, Journaliste

ET Fondatrice G2M Conseil

Qu’est-ce qui vous a motivé à accepter notre invitation, celle d’animer l’UIS ?

« Je suis sensible à tous les sujets qui tournent autour du sport. Le sport est une passion depuis toute petite. Lorsque Jean-Claude Sorge m’a parlé de ce projet j’ai immédiatement adhéré ! Et je suis ravie de participer à cette première édition. »

Pour vous, que représente le sport d’aujourd’hui ?

« Il est pour moi avant tout un passe-temps et un vecteur de bien-être lorsque je le pratique. Il est aussi un créateur de lien dans la société. On fait passer tellement de messages par le sport, les valeurs qu’il véhicule sont des piliers ! 

Il faut faire du sport dès le plus jeune âge, et tout au long de la vie. Le valoriser dans l’entreprise, et le prescrire pour soigner quelques maux. »

Quelle est votre vision du sport de demain ?

« Le sport doit innover, le sport doit être visionnaire et ambitieux. Le sport doit être un reflet positif de la société : valoriser la mixité, permettre la valorisation des différences. Le sport doit profiter de l’élan généré par l’obtention des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 pour se moderniser, pour puiser partout dans la société des idées et des talents. Il doit surtout continuer de nous rendre heureux ! » 

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes managers pour appréhender le marché du sport ?

« Pour appréhender ce marché, et y avoir sa place, il faut le connaitre parfaitement. Non passionnés, s’abstenir !  Je leur conseille d’être malins, d’être inventifs et de ne jamais négliger leur réseau ! Il est la base aujourd’hui… Dans tous les milieux, mais surtout dans le nôtre ! »

05/10/2017 – QUESTIONS / RÉPONSES AVEC Jean-PIERRE SIUTAT, PRésident de la fédération française de basket-ball, vice-président du CNOSF

Qu’est-ce qui vous a motivé à accepter notre invitation et d’intervenir à l’UIS ?

« J’ai accepté pour deux raisons. La première ; mon amitié avec Jean-Claude Sorge à l’initiative de cette première édition de l’Université Internationale du Sport. La seconde ; pour les trois thématiques qui seront abordées à cette occasion : le sport connecté (digitalisation, innovation), l’attractivité du territoire par le sport et la nouvelle coopération sportive internationale. »

Pour vous, que représente le sport d’aujourd’hui ? 

« Nous vivons une mutation profonde du sport. La pratique traditionnelle dans nos clubs pourrait être en danger devant la concurrence d’autres offres de pratiques, plus ou moins 

abouties et parfois ne partageant pas les mêmes valeurs qui font le fondement de notre mouvement associatif et sportif. Il n’empêche que cette mutation est bien là, il faut l’intégrer dans nos visions et nos stratégies du sport de demain. »

Quelle est votre vision du sport de demain ?

« Ce qui est certain, c’est que chacun d’entre nous consommera le sport différemment. Nous n’avons plus cette position de monopole dans l’organisation de nos sports traditionnels au sein de nos clubs. L’offre est toujours là, elle reste souvent notre cœur de métier ; mais elle est maintenant et de plus en plus vite ailleurs ; cette attente des consommateurs est un challenge passionnant (parfois un casse-tête ?) pour celles et ceux qui sont censés façonner le sport national et international. »

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes managers pour appréhender le marché du sport ?

« Je leur dirai de respecter les valeurs du sport, elles sont fondamentales, de bien comprendre et d’intégrer les attentes des pratiquants (compétition, loisir, partage…), tout comme d’intégrer la complexité de la gouvernance du sport (comprendre les objectifs des contributeurs du sport). Et puis, d’être innovant et ambitieux. »

28/09/2017 – QUESTIONS / RÉPONSES AVEC Jean levy, premier ambassadeur français du sport, antérieurement, conseiller pour les affaires internationales à la fédération internationale de l’automobile, ambassadeur français à la havane ou encore conseiller diplomatique de françois mitterrand

Vous allez intervenir pour la première édition de l’UIS à Paris, pouvez-vous nous dire ce que représente pour vous le sport d’aujourd’hui ?

« Le Sport, c’est un mode de vie, un facteur de rapprochement des peuples, le secteur d’activité le plus mondialisé. C’est un moyen de redevenir un enfant à n’importe quel âge et de continuer de rêver à être un champion. C’est aussi un puissant vecteur de paix. » 

Quelle est votre vision du sport de demain ?

« Le sport permet de recréer du sens commun, de vivre moins égoïstement, de créer des communautés de sportifs qui se concrétiseront demain par des plateformes d’affinités 

sportives (pourquoi pas un Facebook Sport?). Le sport est créateur de liens sociaux de plus en plus forts, de progrès technologiques; c’est aussi un vecteur de santé publique »

Quel conseil donneriez-vous à la jeune génération qui souhaite s’investir sur le marché du Sport ? 

« Aujourd’hui, il faut se tourner vers l’international, vers le digital, vers le numérique. Parler plusieurs langues et réussir à « mélanger » passion et profession. »

21/09/2017 – QUESTIONS / RÉPONSES AVEC FÉkrou Kidane, ancien directeur de la coopération internationale du CIO, DIrecteur de cabinet du président samaranch

Qu’est-ce qui vous a motivé à accepter notre invitation, celle d’intervenir pour la première édition de l’UIS, le 28 octobre à Paris ?

« La vie est une école permanente, l’éducation est la seule richesse qu’un être humain possède. D’où l’importance de participer à l’Université Internationale du Sport pour apprendre plus. »

Pour vous, que représente le sport d’aujourd’hui ?

« Le sport est un langage universel, le sport est un médicament qu’on peut se procurer sans ordonnance pour son bien-être physique et moral, le sport c’est la joie de vivre. Hélas, le sport est devenu un grand commerce avec son mercato et ses agents…»

Quelle est votre vision du sport de demain ? 

« Le sport est devenu un spectacle avec des acteurs qui touchent des revenus important. Le sport professionnel domine le reste grâce aux droits de télévision. Une réflexion doit être menée pour faire vivre le sport amateur. »

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes managers pour appréhender le marché du sport ?

« Le monde du sport a complètement changé. De nouvelles disciplines apparaissent régulièrement. Avec la technologie moderne, l’évolution est rapide. Les jeunes ont plus de choix à présent dans l’exploitation du sport en général et le marketing en particulier. Il est cependant important de ne pas oublier l’aspect éducatif du sport dans l’entreprise. »

28/05/2017 – La Fédération Française de Boxe rejoint l’Université Internationale du Sport

La Fédération Française de Boxe vous dévoilera les dernières innovations techniques et sportives du secteur.

Venez vous tester avec les dernières innovations proposées par la Fédération.

UNIVERSITE internationale du SPort